Newsletter106 F --NEWSLETTUX--

La Gazette du GAM
N° 106 - mai 2019

GRADUS  AD  MUSICAM

MUSIQUE ANGLAISE

DU XX° SIECLE

 

e dernier concert de la saison sera consacré à trois grands compositeurs anglais du XX° siècle : Rutter, Britten et Vaughan Williams.

 

Ralph Vaughan Williams (1872-1958), compositeur et chef d'orchestre, a écrit des opéras, des symphonies, des concertos. Il a cherché l'inspiration aussi bien dans la musique des siècles passés que dans celle de Ravel, ou dans les modèles populaires de son pays, folksong de tradition orale. "Toward the unknown region", song for chorus et orchestra, est une courte pièce composée en 1907 sur un texte du poète américain Walt Whitman, qui entre en résonance avec sa vision humaniste d'un nouveau monde et son idéal démocratique. Avec sensibilité et finesse, la musique de Vaughan Williams épouse étroitement le mouvement du poème. Le chœur chante le cheminement d'un peuple sans repères en quête de l'Inaccessible, jusqu'à la joie enfin atteinte dans un élan aux accents visionnaires.

Né en 1945, John Rutter, est un compositeur et chef de chœur britannique, connu principalement pour ses compositions de musique sacrée pour chœurs. Cependant dans ses œuvres se mêlent une inspiration religieuse classique et les accents d'une musique très moderne. Le "Gloria pour chœur et orchestre" est une œuvre écrite en 1974 sur le texte liturgique latin, mais conçue comme une pièce de concert en 3 mouvements, tour à tour exalté, empreint de dévotion, puis jubilatoire. Une œuvre d'envergure qui connaît un succès grandissant au fil des ans. Thomas_Webster_-_A_Village_Choir.jpg

Benjamin Britten (1913-1976) est très connu pour ses opéras. Sa "Sérénade pour cor, cordes et ténor solo" est une page plus intime, composée en 1943 à son retour d'exil aux Etats-Unis, alors qu'il est malade. L'œuvre est un cycle de 6 mélodies, pour 6 poèmes sur le thème de la nuit, choisis pour leur intensité teintée de nostalgie. Elles sont encadrées par un apologue et un épilogue purement instrumentaux. Britten construit un duo d'une grande expressivité aux textures orchestrales originales, explorant une atmosphère particulière dans chaque partie du cycle, inquiétante ou apaisante.

 

Samedi 25 mai 2019 à 20h30

Salle Poirel Nancy

Benoît PORCHEROT ténor

Ludovic DERRIERE cor

Chœur et orchestre Gradus Ad Musicam,  François Legée direction

 

Renseignements 03 83 21 09 19 - www.gradus-ad-musicam.com

Tarifs : 21 euros (normal)

Balcon placement libre : 17 euros sur Billetweb et FNAC (www.fnac.com) 6 euros étudiant / Gratuit en-dessous de 16 ans
Billetterie à l'entrée du concert

Réservations :

Magasins Fnac 0 892 68 36 22 (0,34 euro/min) www.fnac.com
Salle Poirel Nancy 03 83 32 31 25
FranceBillet: 0.892.692.192 -
  billetweb.fr

 

John RUTTER


Johann Strauss et Johannes Brahms ohn RUTTER fait ses études à la Highgate School de Londres. Il suit des études de solfège au Clare College (Cambridge). Il devient chef de ce chœur puis directeur musical de 1975 à 1979. En 1974, à l'occasion d'un séjour aux États-Unis, il dirige sa première cantate, Gloria, au Witherspoon Hall d'Omaha. En 1981, il fonde son propre chœur, les Cambridge Singers, spécialisé dans la musique chorale sacrée. Cet ensemble vocal a depuis réalisé de nombreux enregistrements, notamment des propres œuvres de Rutter. L'œuvre de John Rutter est avant tout marquée par ses compositions pour des chorales. Héritier de la tradition liturgique anglaise, il compose principalement des pièces religieuses qui peuvent être aisément interprétées par des chœurs non professionnels. Il ne se définit cependant pas comme croyant ; en 2003, il a déclaré à CBS : « Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'être croyant, ou de chercher à promouvoir la foi religieuse pour composer de la musique religieuse de qualité. ». Il a également écrit des œuvres profanes, notamment des opéras pour enfants et des pièces pour orchestre.
John RUTTER dirige également de nombreux autres chœurs et orchestres à travers le monde. Il travaille également comme arrangeur et éditeur musical. Il a ainsi édité les fameux recueils Carols for Choirs en collaboration avec Sir David Willcocks.

GLORIA

Felix Mendelssohnommandée par "the Voices of Mel Olson" d'Omaha au Nebraska, cette œuvre fut créée sous la direction de John RUTTER à l'occasion de sa première visite aux Etats-Unis en mai 1974. Le texte latin, inspiré de l'ordinaire de la messe, est tour à tour exalté, religieux ou jubilatoire. Le Gloria, essentiellement construit comme un chant grégorien, est divisé en trois mouvements correspondant approximativement à la structure tra­dition­nelle de la symphonie. Destiné à un ensemble de cuivres, de percussions et un orgue, l'accompagnement instrumental met en valeur la Gloire de Dieu par sa gaieté et sa vivacité.


 

Ralph Vaughan WilliamS

(1872-1958)


Toward the unknown region


Felix Mendelssohn est un compositeur britannique qui s’est exprimé aussi bien dans la symphonie que dans la musique de chambre, l’opéra, la musique chorale et la musique de film. Très influencé par la musique folklorique, il publie en 1906 le célèbre
The English Hymnal qui regroupe, outre des compositions personnelles, un grand nombre d’arrangements de ces chansons traditionnelles dont il fait des airs à part entière.

Toward the unknown region (Vers la région inconnue) est une œuvre qui développe le genre de la chanson à un seul mouvement pour chœur et orchestre popularisée par d'autres compositeurs comme Parry dans son Blest Pair of Benjamin BrittenSirens. Vaughan Williams choisit un poème de Walt Whitman, dont il illustrera plus tard la poésie dans sa Sea Symphony. L'idée d'un voyage spirituel - le passage de l'âme des ténèbres à la lumière - est au centre du texte et se reflète amplement dans la musique. Cela commence par un thème paisible joué par les bois auquel répondent les cordes en pizzicato, après quoi le choeur entre avec une question murmurée, 'Darest thou now, O Soul/ Walk out with me toward the Unknown Region…?' Très vite, cependant, la tonalité devient instable et les harmonies deviennent chromatiques alors que nous sommes plongés dans l’obscurité spirituelle: «Tout est blanc devant nous», dit le poème. Le moment le plus tendre vient au milieu de l'oeuvre, lorsqu'un quatuor à cordes rappelle le thème d'ouverture, juste avant que Vaughan Williams  s'élance vers la grande libération émotionnelle de ‘Then we burst forth – we float/In time and space’ (Ensuite, nous éclatons - nous flottons / dans l'espace et le temps), après quoi le tempo avance et l'orgue rejoint l'orchestre complet pour les dernières pages exultantes.Vers la région inconnue est extrêmement agréable et gratifiant à chanter et à entendre.


Benjamin Britten

(1913-1976)

Sérénade pour cor, cordes et ténor solo

enjamin Britten est le compositeur le plus important de la musique britannique du XXème siècle. Egalement chef d’orchestre, altiste et pianiste, il a donné une nouvelle vie à l’opéra anglais en le faisant accéder à la modernité. Son œuvre est orientée principalement vers la musique vocale, mais comporte aussi des pièces instrumentales, imprégnées de son style personnel et nourri par des influences variées (maîtres élisabéthains, Bach, Mozart, Schubert, Debussy, Schoenberg). Cependant, c’est surtout Purcell et son génie Benjamin Brittenpour mettre en musique la langue anglaise dont Britten est l’héritier direct. Après avoir appris les rudiments du piano, Britten étudie à la Gresham’s School de Norfolk, puis au Royal College of Music de Londres. Ses premières œuvres (Simple Symphony, Fantaisie pour hautbois et cordes ) connaissent un certain succès. Il rencontre Peter Pears, un ténor qui prend vite une grande importance dans son parcours musical comme dans sa vie privée.

Beaucoup moins connue en France que ses Illuminations, la Serenade de Benjamin BrittenBenjamin Britten est une oeuvre d'une vingtaine de minutes, écrite pour le ténor Peter Pears et le jeune et brillant corniste Dennis Brain. Ce sont ces deux musiciens qui ont d'ailleurs créé cette Serenade avec Walter Goehr et son orchestre au Wigmore Hall de Londres, le 15 octobre 1943. On a souvent rapproché la Serenade de son opéra Peter Grimes, que Britten se met à composer avec toute son ardeur de retour en Angleterre en 1942 après quelques années passées aux Etats-Unis, tout encore entiché de la musique d'Alban Berg.

Benjamin BrittenDes textures orchestrales incroyables, une rythmique reconnaissable entre mille, un duo archi-expressif entre le ténor et le cor et - last but not least - une intense poésie teintée d'une ineffable nostalgie se déroulant entre 15ème et 20ème siècles, sont quelques aspects marquants de ce cycle éblouissant. Britten tisse dans chaque partie du cycle une atmosphère particulière, explorant les différentes possibilités de la conjonction de la voix et du cor.

 

 

?UNREG_LINK? Si vous ne souhaitez pas recevoir cette lettre d?information, veuillez vous désinscrire en cliquant sur le lien ci-dessous ou adresser un courriel au webmaster
--FOOTER-- communication@gradus-ad-musicam.com
{LINKS}
-->
Partenaires de Gradus Ad Musicam :